« La construction de l’interlocution argumentative dans la déclamation mineure 338 du Pseudo-Quintilien »

Neféli Papakonstantinou , Docteure en littérature latine, Laboratoire EDITTA

Au cours de cette intervention, Neféli Papakonstantinou, ayant récemment soutenu sa thèse sur la place du crimen raptus dans les déclamations mineures du Pseudo-Quintilien, propose de décortiquer passage par passage la construction de l’interlocution argumentative dans l’une des déclamations mineures du Pseudo-Quintilien. Elle aborde donc le sujet avec une approche très analytique de la question, évoquant différentes notions linguistiques ressortant de l’étude de ce texte. Le recueil que l’on attribue au Pseudo-Quintilien est composé de 19 déclamations majeures et de 145 déclamations mineures, il s’agit d’exercices d’école destinés à former les étudiants à la rhétorique à partir d’exemples de discours ou de dialogues dans diverses situations.

La Déclamation Mineure 338,retenue par Neféli Papakonstantinou pour son étude, met en scène le procès opposant une mère, dont l’ancien époux souhaite l’exhérédation de leur enfant après son second mariage, et un homme pauvre revendiquant la paternité dudit enfant, vraisemblablement suborné par le père biologique pour jouer ce rôle. De plus, il est question d’un autre personnage, celui de la nourrice, seul témoin fiable de l’affaire mais décédée au moment du procès après avoir été torturée par le pauvre pour qu’elle fasse un faux témoignage.

Neféli Papakonstantinou cherche à interpréter la manière dont le Pseudo-Quintilien orchestre la voix dialoguée dans le contexte du discours et de l’argumentation afin de renforcer la vision que l’on se fait des choses. Elle s’est notamment basée sur l’étude menée par Mikhaïl Bakhtine sur le dialogisme et dans laquelle ce dernier distingue le dialogisme interdiscursif (interaction entre le discours de l’énonciation et le discours réalisé antérieurement sur le même objet) et le dialogisme interlocutif (interaction entre l’énoncé de l’énonciateur et le discours réalisé ultérieurement sur le même objet). Cette distinction est très importante pour l’analyse de la Déclamation Mineure 338 du Pseudo-Quintilien car cette dernière mélange plusieurs types de discours dans sa structuration linguistique. En effet, on constate que le discours de l’allocutaire peut être soit présupposé, soit anticipé, soit rapporté mais il est, ici en tout cas, toujours dialogique dans la mesure où ce discours est étroitement imbriqué dans celui du locuteur par des mécanismes de variations de rythme ainsi que par l’emploi du dialogisme interdiscursif et du dialogisme interlocutif.

Du point de vue de la forme, cette déclamation se présente comme un enchainement de tour de paroles, elle n’a cependant pas une structure dialogale à proprement parler car le locuteur incarne, en plus de l’avocat de la partie accusatrice, les autres personnages du récit soit par l’emploi du discours direct, soit par la modélisation dans son discours de certains dialogues. L’intervenante définit alors cette déclamation comme un modèle de discours monologal dialogique : elle est constamment traversée par des dialogues internes que le locuteur engage avec ses allocutaires passés, à venir ou imaginaires. Neféli Papakonstantinou met l’accent sur trois procédés : l’indexation à la doxa, l’enchâssement de la voix de l’allocutaire dans le discours du locuteur et l’interaction du locuteur avec le personnage muet du discours. Sa communication montre que la distribution dialogique des voix et des rôles présente un intérêt réel dans cette situation pédagogique pour la construction des identités et des positions sociales.

Caroline Montel (M1 Histoire)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.