« Prosopopées de pères et de fils dans la comédie latine et dans le Pro Caelio de Cicéron : théâtre ou rhétorique ?».

Isabelle David, Maître de conférence en langue et littérature latines, Université Paul Valéry – Montpellier – CRISES

L’intervention d’Isabelle David traite des « Prosopopées de pères et de fils dans la comédie latine et dans le Pro Caelio de Cicéron : théâtre ou rhétorique ?». Cicéron prononce le plaidoyer pour la défense de Marcus Caelius Rufus le 4 Avril 56 av. JC. Il est le dernier de ses trois avocats à prendre la parole et va s’attacher à réfuter les diverses accusations portées contre Caelius, dont il fut lui-même l’un des maîtres.  Le recours à des prosopopées entre dans la stratégie de défense de Cicéron, qui après avoir fait entendre contre Clodia les voix de ses parents, l’auguste censeur, Appius Claudius Caecus, puis son propre frère, choisit de mettre en scène les figures d’un père sévère et d’un père indulgent tels qu’on les trouve dans la comédie latine. Répondant à l’accusation moralisatrice d’Herennius, que Cicéron compare à un père injustement sévère,  Cicéron incarne lui-même les personnages de père sévère et de père indulgent dans les deux dernières prosopopées.

Isabelle David propose d’analyser les deux prosopopées de pères mais aussi de fils et leur dimension théâtrale. D’abord outils de rhétoriques de la défense, ces prosopopées utilisent les références théâtrales et les modalités énonciatives du théâtre, revisitées pour susciter la bienveillance des juges. La question se pose de savoir si Cicéron allait jusqu’à imiter ponctuellement le jeu d’un comédien incarnant un père de comédie, mais il faut sans doute répondre à cette question par la négative. Isabelle David s’appuie notamment sur les Adelphes et l’Andrienne de Térence et, dans une moindre mesure, sur les Bacchides et la Mostellaria de Plaute afin d’éclairer ces rapports entre théâtre et rhétorique.

Candice Signoret (L3 Lettres Classiques)

« Dialogue, dialogisme et voix auctoriale : la polyphonie en trompe l’œil des Portraits et de la Défense des Portraits de Lucien de Samosate ».

Myriam Diarra, Docteure ès lettres-classiques, Sorbonne Université – EDITTA

Lors du colloque « dialogue, dialogisme, polyphonie : questions d’énonciation dans les textes rhétoriques et philosophiques de l’antiquité », Myriam Diarra, qui a fait sa thèse sur Lucien de Samosate, est intervenue le matin du second jour pour une étude sur deux œuvres de cet auteur, intitulée « Dialogue, dialogisme et voix auctoriale : la polyphonie en trompe l’œil des Portraits et de la Défense des Portraits de Lucien de Samosate ».

            Ces deux œuvres se présentent comme un dialogue entre Lykinos et Polystratos, deux Grecs de l’orient impérial versés dans les arts. Dans Les Portraits, Lykinos décrit physiquement une dame de haut rang à l’aide d’emprunts aux chef-d’œuvres picturaux et sculpturaux. Son coreligionnaire Polystratos reconnaît Panthéia, l’amante du co-empereur Lucius Vérus et entreprend de compléter la description physique par un portrait moral en usant du même procédé de combinaison d’ekphraseis.  L’éloge se conclut par un projet de composition d’un ouvrage issu de toutes ces descriptions. Dans la Défense des portraits,  Polystratos porte auprès de Lykinos les plaintes de Panthéia concernant son éloge : elle désapprouve ses excès et le juge sacrilège. Polystratos, qui a rapporté ces paroles,  demande avec insistance à Lykinos de modifier l’œuvre, qu’il  attribue désormais pleinement à son ami en dépit de la part active qu’il a lui-même prise à sa réalisation dans le premier dialogue.  Ce dernier s’y refuse arguant une différence entre l’éloge qui exagère mais n’invente pas et la courtisanerie qui affabule, il use aussi d’arguments esthétiques et d’autres plus spécieux concernant la modestie de la destinataire. Ainsi la Défense des portraits en se constituant autour d’une discussion critique et en intégrant les réflexions prétendument émises par un personnage historique semble plus tenir du commentaire que de la fiction quand le récit originel serait celui des Portraits. Ce brouillage entre les niveaux de la fiction et de l’œuvre réelle relève de la métalepse qui régit les rapports entre les deux textes de Lucien.

             Or s’il est évident que les réflexions liant les deux œuvres en imposent une étude globale, Myriam Diarra, en se focalisant sur la délégation de la voix auctoriale, propose de n’y voir que les deux volets d’un même dialogue monologique, réhabilitant par-là la Défense en tant que récit. À rebours de la plupart des critiques qui voit dans le seul Lykinos le porte-parole de Lucien et en Polystratos un adjuvant représentant l’ «auditeur-parfait » par ses compétences mnésiques et mimétiques, Myriam Diarra considère que les deux personnages peuvent être tenus pour deux figures auctoriales : la forme dialoguée ne serait que la diffraction d’une voix unique, celle de l’auteur. 

            Cette vision lui permet de discerner au sein de l’éloge une pensée méta-littéraire en ce que la seconde lecture en tant que dialogue monologique vient enrichir les réflexions sur la création artistique et questionner le statut fictionnel de tout dialogue dans une œuvre.  

Victorin Pinel (M1 Littérature Poétique et Création)

« Dialogues en plein carnaval : les Saturnalia de Lucien »

Peter von Möllendorff, Professeur de langue et littérature grecques, Université de Giessen

La communication de Peter von Möllendorff « Dialogues en plein carnaval » porte sur les Saturnales de Lucien de Samosate. Comme son titre l’indique, cette œuvre fait référence à la fête romaine des Saturnales, qui se signale notamment par la suppression temporaire des hiérarchies sociales et même l’inversion des rôles.

L’œuvre de Lucien est déroutante et composite, avec trois parties autonomes relevant de formes littéraires distinctes : la première comprend deux dialogues entre un prêtre et Cronos,  la deuxième est l’énumération des lois de la fête par le prêtre qui est enfin nommé, Cronosolon ; enfin la dernière partie est un échange épistolaire composé de quatre lettres, les deux premières entre le prêtre et Cronos, les deux autres entre Cronos et les riches. Peter von Möllendorff propose une lecture de cette œuvre atypique à la lumière des théories de Bakhtine sur la carnavalisation de la littérature et sur la polyphonie. Le cadre carnavalesque des Saturnales inspire à Lucien aussi bien la structure de l’œuvre que ses motifs et ses actes de langage différents et justifie l’instabilité des identités et des statuts des locuteurs.

Frédéric Le Marrec (M1 Histoire)

« La construction de l’interlocution argumentative dans la déclamation mineure 338 du Pseudo-Quintilien »

Neféli Papakonstantinou , Docteure en littérature latine, Laboratoire EDITTA

Au cours de cette intervention, Neféli Papakonstantinou, ayant récemment soutenu sa thèse sur la place du crimen raptus dans les déclamations mineures du Pseudo-Quintilien, propose de décortiquer passage par passage la construction de l’interlocution argumentative dans l’une des déclamations mineures du Pseudo-Quintilien. Elle aborde donc le sujet avec une approche très analytique de la question, évoquant différentes notions linguistiques ressortant de l’étude de ce texte. Le recueil que l’on attribue au Pseudo-Quintilien est composé de 19 déclamations majeures et de 145 déclamations mineures, il s’agit d’exercices d’école destinés à former les étudiants à la rhétorique à partir d’exemples de discours ou de dialogues dans diverses situations.

La Déclamation Mineure 338,retenue par Neféli Papakonstantinou pour son étude, met en scène le procès opposant une mère, dont l’ancien époux souhaite l’exhérédation de leur enfant après son second mariage, et un homme pauvre revendiquant la paternité dudit enfant, vraisemblablement suborné par le père biologique pour jouer ce rôle. De plus, il est question d’un autre personnage, celui de la nourrice, seul témoin fiable de l’affaire mais décédée au moment du procès après avoir été torturée par le pauvre pour qu’elle fasse un faux témoignage.

Neféli Papakonstantinou cherche à interpréter la manière dont le Pseudo-Quintilien orchestre la voix dialoguée dans le contexte du discours et de l’argumentation afin de renforcer la vision que l’on se fait des choses. Elle s’est notamment basée sur l’étude menée par Mikhaïl Bakhtine sur le dialogisme et dans laquelle ce dernier distingue le dialogisme interdiscursif (interaction entre le discours de l’énonciation et le discours réalisé antérieurement sur le même objet) et le dialogisme interlocutif (interaction entre l’énoncé de l’énonciateur et le discours réalisé ultérieurement sur le même objet). Cette distinction est très importante pour l’analyse de la Déclamation Mineure 338 du Pseudo-Quintilien car cette dernière mélange plusieurs types de discours dans sa structuration linguistique. En effet, on constate que le discours de l’allocutaire peut être soit présupposé, soit anticipé, soit rapporté mais il est, ici en tout cas, toujours dialogique dans la mesure où ce discours est étroitement imbriqué dans celui du locuteur par des mécanismes de variations de rythme ainsi que par l’emploi du dialogisme interdiscursif et du dialogisme interlocutif.

Du point de vue de la forme, cette déclamation se présente comme un enchainement de tour de paroles, elle n’a cependant pas une structure dialogale à proprement parler car le locuteur incarne, en plus de l’avocat de la partie accusatrice, les autres personnages du récit soit par l’emploi du discours direct, soit par la modélisation dans son discours de certains dialogues. L’intervenante définit alors cette déclamation comme un modèle de discours monologal dialogique : elle est constamment traversée par des dialogues internes que le locuteur engage avec ses allocutaires passés, à venir ou imaginaires. Neféli Papakonstantinou met l’accent sur trois procédés : l’indexation à la doxa, l’enchâssement de la voix de l’allocutaire dans le discours du locuteur et l’interaction du locuteur avec le personnage muet du discours. Sa communication montre que la distribution dialogique des voix et des rôles présente un intérêt réel dans cette situation pédagogique pour la construction des identités et des positions sociales.

Caroline Montel (M1 Histoire)

« Dialegesthai philosophique chez Plutarque et Lucien : une attitude pédagogique différente. »

Michele Solitario (Docteur en littérature grecque, Eberhard-Karls-Universität Tübingen)

La conférence porte sur les différentes modalités de l’échange dialogique philosophique chez Plutarque et Lucien. Ces auteurs s’appuient tous deux sur le modèle platonicien du dialogue pour le remodeler à leur façon afin que la conversation soit accessible à un auditoire profane. Cette exigence pédagogique se manifeste à deux niveaux : le premier est celui de la fiction de la conversation philosophique, chez Plutarque nous retrouvons l’imitation d’une situation réaliste, chez Lucien, celle-ci l’est plus ou moins du fait de la tonalité satirique. Le second est celui de la réception du dialogue, c’est à dire la réaction du lecteur face à ces fictions.

Dans un premier temps, Michele Solitario montre comment Lucien redéfinit le dialogue et la mise en œuvre d’un langage philosophique clair et accessible, quitte à modifier les thèmes et l’expression en le débarrassant d’arguties subtiles et vaines. Puis, il peint un portrait du bon philosophe, en la personne de Démonax, dont le langage est plein de charme et dépourvu à la fois de flatterie mais aussi d’agressivité dans ses reproches. Cette nécessaire adaptation de la parole philosophique est plus particulièrement à l’œuvre dans le cadre du banquet. Ainsi dans un second temps, Michele Solitario met en avant des extraits de Plutarqueavec ses Propos de Table qui sont une collection volumineuse de dialogues courts, et les compare avec le Banquet burlesque et parodique de Lucien. Le protocole de l’échange dialogique mis en scène par Plutarque, et en partie hérité de Platon, se voit détourner par Lucien qui donne à voir des philosophes incapables de parler et d’agir en véritables philosophes, puisque toute discussion dégénère en affrontement. En effet, Lucien met en scène ses dialogues de façon satirique avec des joutes verbales parfois cinglantes : il peut y avoir des altercations verbales et des ‘‘clash’’ violents. Au contraire, chez Plutarque, les interlocuteurs adoptent un mode d’échange qui délibérément cherche à éviter la violence d’une confrontation verbale trop vive, en s’autorisant justement de la manière de faire de Platon dans le Banquet. Plutarque insiste donc sur la nécessité de recourir à un langage accessible, plaisant et non abscons ni rebutant en employant et l’autorité des arguments de Platon et la pratique de Platon lui-même dans son propre Banquet.

Les deux auteurs sont donc en accord sur le fait que le langage philosophique doit être clair et que le dialogue doit être plaisant, d’un côté Plutarque adopte une attitude sage et pédagogique alors que de l’autre, Lucien adopte la manière satirique pour mettre en avant la nécessité de l’accessibilité des dialogues à tous.

Azélie Simonet (M1 Philosophie)

« Des « dialogues » aux Lettres à Lucilius : dialogue et dialogisme dans l’œuvre philosophique de Sénèque. »

Juliette Dross, Maître de conférences en langue et littérature latines, Sorbonne Université – EA 4081 « Rome et ses renaissances »

Dans cette communication intitulée « Des « dialogues » aux Lettres à Lucilius », Juliette Dross propose un parcours de lecture du corpus philosophique de Sénèque en émettant l’hypothèse d’une évolution qui mènerait des dialogi aux Lettres à Lucilius. Elle procède d’abord à l’examen des caractères génériques des dialogi et des lettres. Les traités de Sénèque dénommés dialogi, bien qu’ils ne soient pas formellement des dialogues, sont adressés à un destinataire précis et présentent par ailleurs une forme de dialogisme, par l’intégration des voix d’interlocuteurs fictifs. Ils partagent ces caractères avec les lettres, même si ces dernières se distinguent par des traits formels qui leur sont propres et par un ton particulier, celui du sermo, entendu au sens de conversation familière.

La conférencière s’intéresse ensuite à un traité particulier, le De tranquillitate animi, car il pourrait constituer une sorte de passerelle menant aux  Lettres à Lucilius.

Dans ce traité, Sénèque engage avec Sérénus une relation comparable à celle entre un médecin et son malade. Son souci constant d’adapter à la situation de Sérénus les remèdes qu’il lui propose contre son insatisfaction, explique la souplesse que le philosophe manifeste à l’égard de la doctrine stoïcienne et qu’il introduit dans la structure argumentative de son œuvre. Sénèque abandonne d’ailleurs le ton polémique de la contentio pour un ton plus intime, plus propre à la direction de conscience, celui du sermo, qui semble annoncer les Lettres à Lucilius.

Léna Cohas (L3 Lettres Classiques)

« Questions, réponses, altercations et réécritures : le statut des échanges discursifs dans les discours de Cicéron »

Charles Guérin, Professeur de littérature latine, Sorbonne Université – EDITTA

Charles Guérin a proposé dans sa communication d’examiner les traces des dialogues réels dans les discours de Cicéron, ou plus exactement leur effacement volontaire dans la retranscription qui en est donnée par l’auteur. Deux situations rhétoriques se prêtent à un échange dialogué, celle des altercationes et celle de l’interrogation des témoins. Charles Guérin choisit,  pour illustrer le premier cas, d’examiner une altercatio dans un cadre sénatorial et non judiciaire, conservée pour partie dans une des Lettres à Atticus envoyée par Cicéron en juillet 61 av. J.-C. Il s’agit d’un témoignage unique car les altercationes senatoriae sont aujourd’hui un continent perdu de la littérature antique. Des traces de cet échange se retrouvent dans l’Oratio in Clodium et curionem, mais le dialogue, qui apparaît dans la Correspondance, se trouve volontairement effacé au stade de la publication au profit de l’oratio continua de l’orateur. C’est la figure de l’interlocuteur qui tend à disparaître, Cicéron développant un argumentaire plutôt qu’il ne réplique.

Cet effacement est plus spectaculaire encore dans les interrogatoires des témoins publiés en annexe aux plaidoyers du Pro Cornelio et de l’In Vatinium : les réponses du témoin interrogé sont supprimées au profit des questions qui s’enchaînent et dont la formulation s’allonge considérablement. Une seule voix domine, celle de Cicéron.

Plusieurs raisons, d’après Charles Guérin, peuvent expliquer ces transformations opérées par Cicéron. Des raisons génériques d’abord : cette réécriture lui permet d’éviter le genre de l’invective, qui ne peut être employé face à certains témoins, mais elle reflète peut-être également l’absence de modèle littéraire pour ces interrogatoires. Des raisons éditoriales ensuite, liées à la construction de la figure de l’orateur dont il faut préserver la suprématie.

Géraud Montarnal (M1 Histoire)

« Séquences dialogiques dans les discours d’Aelius Aristide »

Jean-Luc Vix, Maître de conférences HDR en langue et littérature grecques, Université de Strasbourg – CARRA

Lors du colloque, le Professeur Jean-Luc Vix a étudié les séquences dialogiques dans les discours d’Ælius Aristide, en choisissant de mener son examen des phénomènes de dialogisme à travers l’exemple de trois discours, le discours 33 et deux discours « contre Platon ». A travers sa présentation, il a cherché à mettre en avant deux exemples complémentaires mais parfois aussi opposés de la pratique d’un rhéteur du IIe s.

Ælius Aristide, qui vécut au IIe siècle ap. J.-C., est un sophiste fameux dont on possède aujourd’hui 51 discours, d’une grande variété. En tant que rhéteur expérimenté, Ælius Aristide utilise des effets de dialogisme dans ses discours. Le premier discours présenté par Jean-Luc Vix est le discours 33, intitulé « A ceux qui lui reprochaient de ne pas déclamer », et qui daterait des années 166-167. Aristide répond aux accusations dont il fait personnellement l’objet en tant que rhéteur ; la tonalité polémique est très marquée. Il s’agit d’un discours public, mais néanmoins les accusateurs -que Jean-Luc Vix suppose être des étudiants en fin de formation rhétorique- ne sont pas là pour l’écouter. Cette situation amène le rhéteur à pratiquer une forme de double énonciation –Aristide s’adressant à la fois à ses accusateurs absents et au public en face de lui. Les apostrophes et les interrogations rhétoriques de ce discours contribuent à créer un dialogue fictif, où les positions d’accusé et d’accusateur se voient inversées. Dans la seconde partie de sa conférence, Jean-Luc Vix examine les discours 2 et 3 Contre Platon, où Aristide répond aux attaques portées par le philosophe contre la rhétorique dans le Gorgias. En engageant la polémique avec Platon, qu’il admirait néanmoins beaucoup, Aristide cherche à instaurer dans ses discours un dialogue avec le philosophe. Mais il livre également des réflexions critiques sur le genre même du dialogue platonicien, refusant à ce dernier pour le transférer à la rhétorique, l’impératif de vérité .

Rosalie Roche (M1 Histoire)

Compte-rendus de quelques communications

Le genre du dialogue de l'Antiquité à nos jours