« Dialogue, dialogisme et voix auctoriale : la polyphonie en trompe l’œil des Portraits et de la Défense des Portraits de Lucien de Samosate ».

Myriam Diarra, Docteure ès lettres-classiques, Sorbonne Université – EDITTA

Lors du colloque « dialogue, dialogisme, polyphonie : questions d’énonciation dans les textes rhétoriques et philosophiques de l’antiquité », Myriam Diarra, qui a fait sa thèse sur Lucien de Samosate, est intervenue le matin du second jour pour une étude sur deux œuvres de cet auteur, intitulée « Dialogue, dialogisme et voix auctoriale : la polyphonie en trompe l’œil des Portraits et de la Défense des Portraits de Lucien de Samosate ».

            Ces deux œuvres se présentent comme un dialogue entre Lykinos et Polystratos, deux Grecs de l’orient impérial versés dans les arts. Dans Les Portraits, Lykinos décrit physiquement une dame de haut rang à l’aide d’emprunts aux chef-d’œuvres picturaux et sculpturaux. Son coreligionnaire Polystratos reconnaît Panthéia, l’amante du co-empereur Lucius Vérus et entreprend de compléter la description physique par un portrait moral en usant du même procédé de combinaison d’ekphraseis.  L’éloge se conclut par un projet de composition d’un ouvrage issu de toutes ces descriptions. Dans la Défense des portraits,  Polystratos porte auprès de Lykinos les plaintes de Panthéia concernant son éloge : elle désapprouve ses excès et le juge sacrilège. Polystratos, qui a rapporté ces paroles,  demande avec insistance à Lykinos de modifier l’œuvre, qu’il  attribue désormais pleinement à son ami en dépit de la part active qu’il a lui-même prise à sa réalisation dans le premier dialogue.  Ce dernier s’y refuse arguant une différence entre l’éloge qui exagère mais n’invente pas et la courtisanerie qui affabule, il use aussi d’arguments esthétiques et d’autres plus spécieux concernant la modestie de la destinataire. Ainsi la Défense des portraits en se constituant autour d’une discussion critique et en intégrant les réflexions prétendument émises par un personnage historique semble plus tenir du commentaire que de la fiction quand le récit originel serait celui des Portraits. Ce brouillage entre les niveaux de la fiction et de l’œuvre réelle relève de la métalepse qui régit les rapports entre les deux textes de Lucien.

             Or s’il est évident que les réflexions liant les deux œuvres en imposent une étude globale, Myriam Diarra, en se focalisant sur la délégation de la voix auctoriale, propose de n’y voir que les deux volets d’un même dialogue monologique, réhabilitant par-là la Défense en tant que récit. À rebours de la plupart des critiques qui voit dans le seul Lykinos le porte-parole de Lucien et en Polystratos un adjuvant représentant l’ «auditeur-parfait » par ses compétences mnésiques et mimétiques, Myriam Diarra considère que les deux personnages peuvent être tenus pour deux figures auctoriales : la forme dialoguée ne serait que la diffraction d’une voix unique, celle de l’auteur. 

            Cette vision lui permet de discerner au sein de l’éloge une pensée méta-littéraire en ce que la seconde lecture en tant que dialogue monologique vient enrichir les réflexions sur la création artistique et questionner le statut fictionnel de tout dialogue dans une œuvre.  

Victorin Pinel (M1 Littérature Poétique et Création)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.