« Dialegesthai philosophique chez Plutarque et Lucien : une attitude pédagogique différente. »

Michele Solitario (Docteur en littérature grecque, Eberhard-Karls-Universität Tübingen)

La conférence porte sur les différentes modalités de l’échange dialogique philosophique chez Plutarque et Lucien. Ces auteurs s’appuient tous deux sur le modèle platonicien du dialogue pour le remodeler à leur façon afin que la conversation soit accessible à un auditoire profane. Cette exigence pédagogique se manifeste à deux niveaux : le premier est celui de la fiction de la conversation philosophique, chez Plutarque nous retrouvons l’imitation d’une situation réaliste, chez Lucien, celle-ci l’est plus ou moins du fait de la tonalité satirique. Le second est celui de la réception du dialogue, c’est à dire la réaction du lecteur face à ces fictions.

Dans un premier temps, Michele Solitario montre comment Lucien redéfinit le dialogue et la mise en œuvre d’un langage philosophique clair et accessible, quitte à modifier les thèmes et l’expression en le débarrassant d’arguties subtiles et vaines. Puis, il peint un portrait du bon philosophe, en la personne de Démonax, dont le langage est plein de charme et dépourvu à la fois de flatterie mais aussi d’agressivité dans ses reproches. Cette nécessaire adaptation de la parole philosophique est plus particulièrement à l’œuvre dans le cadre du banquet. Ainsi dans un second temps, Michele Solitario met en avant des extraits de Plutarqueavec ses Propos de Table qui sont une collection volumineuse de dialogues courts, et les compare avec le Banquet burlesque et parodique de Lucien. Le protocole de l’échange dialogique mis en scène par Plutarque, et en partie hérité de Platon, se voit détourner par Lucien qui donne à voir des philosophes incapables de parler et d’agir en véritables philosophes, puisque toute discussion dégénère en affrontement. En effet, Lucien met en scène ses dialogues de façon satirique avec des joutes verbales parfois cinglantes : il peut y avoir des altercations verbales et des ‘‘clash’’ violents. Au contraire, chez Plutarque, les interlocuteurs adoptent un mode d’échange qui délibérément cherche à éviter la violence d’une confrontation verbale trop vive, en s’autorisant justement de la manière de faire de Platon dans le Banquet. Plutarque insiste donc sur la nécessité de recourir à un langage accessible, plaisant et non abscons ni rebutant en employant et l’autorité des arguments de Platon et la pratique de Platon lui-même dans son propre Banquet.

Les deux auteurs sont donc en accord sur le fait que le langage philosophique doit être clair et que le dialogue doit être plaisant, d’un côté Plutarque adopte une attitude sage et pédagogique alors que de l’autre, Lucien adopte la manière satirique pour mettre en avant la nécessité de l’accessibilité des dialogues à tous.

Azélie Simonet (M1 Philosophie)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.