« Des « dialogues » aux Lettres à Lucilius : dialogue et dialogisme dans l’œuvre philosophique de Sénèque. »

Juliette Dross, Maître de conférences en langue et littérature latines, Sorbonne Université – EA 4081 « Rome et ses renaissances »

Dans cette communication intitulée « Des « dialogues » aux Lettres à Lucilius », Juliette Dross propose un parcours de lecture du corpus philosophique de Sénèque en émettant l’hypothèse d’une évolution qui mènerait des dialogi aux Lettres à Lucilius. Elle procède d’abord à l’examen des caractères génériques des dialogi et des lettres. Les traités de Sénèque dénommés dialogi, bien qu’ils ne soient pas formellement des dialogues, sont adressés à un destinataire précis et présentent par ailleurs une forme de dialogisme, par l’intégration des voix d’interlocuteurs fictifs. Ils partagent ces caractères avec les lettres, même si ces dernières se distinguent par des traits formels qui leur sont propres et par un ton particulier, celui du sermo, entendu au sens de conversation familière.

La conférencière s’intéresse ensuite à un traité particulier, le De tranquillitate animi, car il pourrait constituer une sorte de passerelle menant aux  Lettres à Lucilius.

Dans ce traité, Sénèque engage avec Sérénus une relation comparable à celle entre un médecin et son malade. Son souci constant d’adapter à la situation de Sérénus les remèdes qu’il lui propose contre son insatisfaction, explique la souplesse que le philosophe manifeste à l’égard de la doctrine stoïcienne et qu’il introduit dans la structure argumentative de son œuvre. Sénèque abandonne d’ailleurs le ton polémique de la contentio pour un ton plus intime, plus propre à la direction de conscience, celui du sermo, qui semble annoncer les Lettres à Lucilius.

Léna Cohas (L3 Lettres Classiques)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.