« Séquences dialogiques dans les discours d’Aelius Aristide »

Jean-Luc Vix, Maître de conférences HDR en langue et littérature grecques, Université de Strasbourg – CARRA

Lors du colloque, le Professeur Jean-Luc Vix a étudié les séquences dialogiques dans les discours d’Ælius Aristide, en choisissant de mener son examen des phénomènes de dialogisme à travers l’exemple de trois discours, le discours 33 et deux discours « contre Platon ». A travers sa présentation, il a cherché à mettre en avant deux exemples complémentaires mais parfois aussi opposés de la pratique d’un rhéteur du IIe s.

Ælius Aristide, qui vécut au IIe siècle ap. J.-C., est un sophiste fameux dont on possède aujourd’hui 51 discours, d’une grande variété. En tant que rhéteur expérimenté, Ælius Aristide utilise des effets de dialogisme dans ses discours. Le premier discours présenté par Jean-Luc Vix est le discours 33, intitulé « A ceux qui lui reprochaient de ne pas déclamer », et qui daterait des années 166-167. Aristide répond aux accusations dont il fait personnellement l’objet en tant que rhéteur ; la tonalité polémique est très marquée. Il s’agit d’un discours public, mais néanmoins les accusateurs -que Jean-Luc Vix suppose être des étudiants en fin de formation rhétorique- ne sont pas là pour l’écouter. Cette situation amène le rhéteur à pratiquer une forme de double énonciation –Aristide s’adressant à la fois à ses accusateurs absents et au public en face de lui. Les apostrophes et les interrogations rhétoriques de ce discours contribuent à créer un dialogue fictif, où les positions d’accusé et d’accusateur se voient inversées. Dans la seconde partie de sa conférence, Jean-Luc Vix examine les discours 2 et 3 Contre Platon, où Aristide répond aux attaques portées par le philosophe contre la rhétorique dans le Gorgias. En engageant la polémique avec Platon, qu’il admirait néanmoins beaucoup, Aristide cherche à instaurer dans ses discours un dialogue avec le philosophe. Mais il livre également des réflexions critiques sur le genre même du dialogue platonicien, refusant à ce dernier pour le transférer à la rhétorique, l’impératif de vérité .

Rosalie Roche (M1 Histoire)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.